Adrien Morenas
Député de Vaucluse - 3ème Circonscription

Médias

J’ai pris connaissance ce jour, dans l’édition du quotidien « Vaucluse Matin », du communiqué de presse de M. Hervé De Lépinau, Conseiller Départemental « Front National » de Vaucluse, à mon intention concernant la tribune que j’ai écrite et publiée dans le quotidien « Le Monde » cosignée par 24 de mes collègues Députés de la majorité « La République En Marche ! » le 2 mars dernier.


M. De Lépinau m’accuse d’avoir omis sciemment de « mentionner le rapport de la Cour des Comptes du 7 février dans lequel est évoqué un dispositif avantageux pour Enedis mais coûteux pour le consommateur ».

Sur le fond j’invite M. De Lépinau à lire ledit rapport dans son intégralité et à ne pas sortir une phrase hors de son contexte, avec la caution honorable de la Cour des Comptes.


En effet le titre II, peu flatteur il est vrai, s’intitule bien « Un dispositif coûteux pour le consommateur mais avantageux pour Enedis ».

Le titre A du II détaille « Un coût effectif total de 5,7 Md€ en euros courants » en regrettant le peu d’information fournie à l’utilisateur lors de l’installation et c’était d’ailleurs ce à quoi appelait ma tribune notamment : plus de pédagogie !

Le titre B du II décrit « Des conditions avantageuses pour Enedis, un financement assuré par les usagers ». Lorsque l’on lit attentivement le paragraphe qui suit, la Cour des Comptes met en garde face au risque « d’éventuelles dérives financières des projets des distributeurs sont ainsi finalement toujours répercutées à l’usager. » Est-ce avéré aujourd’hui ? NON. Et je peux assurer à mes concitoyens que je saurai me montrer vigilant à ce sujet.

Enfin, concernant le « différé tarifaire au coût excessif » en lien avec « le financement du projet et les incitations généreuses prévues », la Commission de Régulation de l’Energie (CRE), compétente sur le sujet, a apporté une réponse détaillé sur son blog suite à la parution dudit rapport de la Cour des Comptes : la tarification différée est un choix qui tend à permettre de rendre concomitants les bénéfices du projet et l’impact financier sur le consommateur dans le but de réaliser « de vraies économies sur la facture totale de ce dernier ». Le cadre de régulation est assumé car il se propose d’inciter « Enedis à réussir le projet et à éviter toute dérive ».

J’ajoute encore qu’il serait bon pour M. De Lépinau de se pencher sur les pages 244 à 252 dudit rapport de la Cour des Comptes ; qu’il a sciemment pour le coup ignoré, on comprendra aisément pourquoi, et qui donne une légitimé supplémentaire aux propos de ma tribune.


C’est pourquoi, j’invite M. De Lépinau à faire preuve de mesure dans ses propos, à se documenter de manière plus sérieuse et à attendre que le dispositif Linky soit complètement déployé avant d’enterrer une innovation française précieuse pour notre transition écologique et le portefeuille des français.


Articles similaires

Réalisation & référencement Faire un site web de politique

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.